ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Revue Française de Gestion

0338-4551
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2002 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 33/175 - 2007  - pp.61-81  - doi:10.3166/rfg.175.61-81
TITRE
L'évaluation des stratégies de lutte contre la corruption

TITLE
Evaluating anti-corruption strategies

RÉSUMÉ

Depuis quelques années nous assistons à l'émergence d'une campagne internationale contre la corruption. Cette évolution amène à réfléchir sur nos capacités à évaluer la qualité des stratégies mises sur pied. Dans cet article, les auteurs montrent qu'évaluer l'efficacité des initiatives anticorruption constitue un défi de taille en raison de la complexité de ces pratiques. Ils décrivent une méthodologie d'évaluation basée sur la littérature empirique, pour confronter ensuite le cadre d'évaluation qui en résulte à la stratégie anticorruption de Hong Kong, l'un des rares programmes publics ayant réussi. Enfin, ils terminent avec quelques recommandations destinées à améliorer l'efficacité des stratégies anticorruption. 1. L'émergence de la corruption en tant qu'enjeu mondial Depuis quelques années, on assiste à l'émergence de ce qu'on pourrait appeler une campagne internationale de lutte contre la corruption (Sandholtz et Gray, 2003). Pour Glynn et al. (1997), cet effort, coordonné à l'échelle internationale, est un indice de plus de la globalisation1 de la corruption, une pratique aussi vieille que l'utilisation de l'argent dans le monde. Le mouvement international anticorruption prend forme au début des années 1990, lorsqu'un nombre considérable de gouvernements appuyés par des organisations internationales (OI) et des organisations non gouvernementales (ONG) décident d'intervenir pour combattre ce fléau (Sandholtz et Gray, 2003). Il s'agit, pour plusieurs d'entre eux, d'un changement d'attitude majeur. En effet, traditionnellement, on considérait la corruption comme un mal nécessaire (Elliott, 1997), étroitement liée à la bonne marche des affaires. Mais, au début des 1. Nous utilisons ici le terme « global » dans ses deux sens possibles. D'abord, pour qualifier un phénomène qui s'applique à tout le globe, donc pour indiquer qu'aucun pays ou qu'aucune société n'échappent à ce fléau. Ensuite, pour faire valoir une nouvelle vision de la corruption qui englobe autant les pays d'origine des firmes multinationales que les pays récipiendaires, autant la sphère publique que le monde des affaires privées.

ABSTRACT
In the last few years, anti-corruption sentiments and campaign have been growing throughout the world. Such a trend in societies’ preoccupations highlights the need to ponder our ability to assess the anti-corruption strategies when formulated or during their implementation. In this paper, we discuss the difficulties involved in evaluating such a complex undertaking. To deal with the task, we develop first an evaluation framework based on the empirical literature. Then we discuss its validity by looking at the Hong Kong anticorruption case, which is widely seen as one of the real successes in the struggle against corruption. We finally make a few recommendations to improve the effectiveness of anti-corruption strategies.

AUTEUR(S)
CÉSAR GARZON, TAÏEB HAFSI

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (607 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier