ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Revue Française de Gestion

0338-4551
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2002 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 33/177 - 2007  - pp.141-148  - doi:10.3166/rfg.177.141-148
TITRE
Dynamique des formes de délocalisation et gouvernance des firmes et des États

TITLE
Off-shoring dynamism and corporate governance, an historical perspective

RÉSUMÉ

La délocalisation est devenue un problème d'actualité, pourtant il ne s'agit pas d'un phénomène nouveau. La délocalisation « traditionnelle » était confondue avec l'investissement direct à l'étranger motivé par l'accès au marché ou par la réduction des coûts. La structure organisationnelle des firmes multinationales (FMN) était internalisée et verticale. La délocalisation financière qui est induite par les fusions-acquisitions et les opérations de LBO conduit à une externalisation de certaines activités. Elle répond à d'autres motifs et s'appuie sur une structure en réseau horizontalisée. Cette évolution pose la question du maintien de l'avantage compétitif de la firme qui perd ainsi ses activités manufacturières et de R&D, déplacées vers les économies émergentes. Ne conduit-elle pas dans un futur proche, d'une part, à une substitution du « private capital » aux FMN industrielles et, de l'autre, à une place stratégique des droits de propriété intellectuelle ?

ABSTRACT
Off-shoring is a new political issue. However, it is not a new phenomenon. In the past, relocation was part of multinational firm FDI, the strategy of the latter being market oriented or cost oriented. Organisational structure was internalized and vertical. Now, financial off-shoring connected with the merger mania and LBO operations lead to the externalization of manufacturing and RD activities producing horizontal networks organisational structure and hollow corporations. As a result, the competitive advantage of the firm is at stake. In the future, on the one hand, private capital firms could be a substitute for the multinational firms, and in the other hand, property intellectual rights would become a crucial point for the corporate governance. That would be increased by the improvement of the emerging economies level playing field.

AUTEUR(S)
CHARLES-ALBERT MICHALET

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (125 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier