ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Auteurs : soumettez
votre article en ligne
Autres revues >>

Revue Française de Gestion

0338-4551
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2002 et 2014 :
» Accédez aux articles parus depuis 2015 «
 

 ARTICLE VOL 32/163 - 2006  - pp.93-106  - doi:10.3166/rfg.163.93-106
TITRE
Management et réseaux sociaux. Jeux d'ombres et de lumières sur les organisations

RÉSUMÉ

Depuis plusieurs années, les transformations du contexte économique et social dans lequel évoluent les entreprises ont conduit les sciences de gestion à proposer des cadres théoriques qui leur permettent d’appréhender les relations entre les acteurs économiques et sociaux. En effet, avec la fin de la prééminence du modèle de la grande entreprise fordienne, l’attention des chercheurs se porte davantage sur la gestion des relations entre les organisations, dans la perspective notamment d’améliorer l’efficience de ces relations. En ce sens, un ensemble de théories, d’origine sociologique s’intéresse aux liens interorganisationnels mais aussi aux relations interindividuelles qui permettent d’expliquer l’action économique. Il regroupe les différents développements de la théorie des réseaux sociaux, et en particulier la nouvelle sociologie économique, la théorie de l’encastrement structural et la théorie du capital social. L’originalité de la théorie des réseaux sociaux est de prendre pour objet les relations entre les individus, se démarquant ainsi des approches centrées sur les seuls attributs des acteurs : « Le moteur social causal derrière ce que les gens ressentent, croient, font, repose sur les formes des relations sociales entre acteurs au sein d’une situation sociale donnée. » (Burt, 1991). Cette posture de recherche prend acte du fait que les individus n’agissent pas seuls, de manière isolée, mais à l’intérieur d’un réseau de relations qui va à la fois faciliter et limiter leur action. Pour Granovetter (1985, 2005) cette théorie constitue une alternative aux visions sous-socialisée et sur-socialisée de l’individu. Elle refuse l’individualisme méthodologique en intégrant d’autres dimensions que le seul acteur ; elle se démarque aussi des approches holistes qui considèrent les individus comme soumis à des normes et des valeurs intériorisées. Dans ce dossier, nous nous proposons de faire le point sur les apports et les limites de l’introduction de la perspective « réseaux sociaux » en sciences de gestion. Dans une première partie, nous soulignons pourquoi les concepts de réseau social et de capital social intéressent le management. Dans un deuxième temps, nous faisons état des résultats de quelques recherches françaises récentes qui ont analysé les réseaux sociaux » en sciences de gestion. Dans une première partie, nous soulignons pourquoi les concepts de réseau social et de capital social intéressent le management. Dans un deuxième temps, nous faisons état des résultats de quelques recherches françaises récentes qui ont analysé les réseaux sociaux, au niveau intra- ou interorganisationnel. Enfin, nous abordons les principales limites et ambiguïtés de cette démarche.

AUTEUR(S)
CHRISTOPHE BARET, ISABELLE HUAULT, Thierry PICQ

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
GRATUIT
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (168 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
made by WAW Lavoisier